Professeur
Classe de violon
London 1 March 2006

Philippe Graffin

Dès l’obtention de son premier prix au Conservatoire de Paris, Philippe Graffinpart aux Etats-Unis pour étudier avec le violoniste Josef Gingold, ancien élève d’Eugène Ysaÿe et à l’université de Bloomington (Indiana).
En 1987, il s’installe aux Pays-Bas et tout en faisant des débuts remarqués avec l’orchestre de chambre de la radio dirigé par Ernest Bour, Philippe Graffin se perfectionne avec les violonistes russes Philipp Hirschhorn et Wiktor Liberman.
Lors d’un concours à Graz, Sir Yehudi Menuhin le distingue et l’invite à Londres afin d’enregistrer un disque avec le Royal Philharmonic Orchestrasous sa direction et d’animer des master classes dans son école.
Depuis, Philippe Graffin est accompagné par de nombreux orchestres dans le monde entier ; chambriste averti, il fonde le festival Consonances à Saint Nazaire, qu’il continue de diriger. Musicien éclectique, Philippe Graffin fait redécouvrir par ses enregistrements ou ses concerts, des œuvres originales ou oubliées, comme les concertos de Frederick Cliffe, de Frédéric Erlanger, l’intégrale de la musique pour violon de Saint-Saëns, les œuvres de musique de chambre de Jean Cras, l’intégrale des sonates pour violon d’Eugène Ysaÿe, ou encore le Concerto pour violon de Philippe Gaubert.

Passionné et curieux de la musique de son temps, Philippe Graffin crée nombre d’œuvres de compositeurs parmi lesquels Philippe Hersant, Yves Prin, David Matthews, Rodion Shchedrin, dont il est souvent le dédicataire.
Philippe Graffin a aussi écrit un conte pour enfant, La fée cachée, pour violon et récitant, illustré par des extraits de pièces de Mozart, Paganini, Ravel et Kreisler.
Son violon est un Domenico Busano, fabriqué à Venise en 1730 ; parcourant un répertoire surprenant qui va de Bach à Debussy, de Mozart à Ysaÿe ou encore de Ravel à Enesco, Philippe Graffin a hérité, par le biais de Josef Gingold, d’une certaine manière de jouer assez française, et d’un plaisir de jouer les œuvres du répertoire du début du 20ème siècle (Fauré, Franck, Chausson …) que bien souvent Ysaÿe créa en son temps.