© Julia Wesely

Sol Gabetta

Après ses résidences avec la Staatskapelle de Dresde et le Bamberger Symphoniker au cours des dernières saisons et son apparition au Concert de Paris de la Bastille avec l’Orchestre National de France, Sol Gabetta a ouvert cette saison à Cologne avec le Gürzenich-Orchester-Köln et François-Xavier Roth.

 

Parmi les autres temps forts de cette saison, citons des apparitions avec la Sächsische Staatskapelle de Dresde, les Bamberger Symphoniker avec Jakub Hrusa, l’Oslo Filharmonien et les Wiener Symphoniker avec Klaus Mäkelä et, en tournée, avec le Gewandhausorchester de Leipzig sous la direction d’Andris Nelsons et l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia sous la direction de Sir Antonio Pappano. Championne respectée des nouvelles créations pour son instrument, elle participera à une grande tournée en duo avec sa consoeur « chercheuse », la violoniste Patricia Kopatchinskaja, présentant des œuvres connues et inconnues pour cette association d’instruments. Enfin, Sol Gabetta sera artiste en résidence à Radio France cette saison, se produisant avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, en tournée et à Paris, et l’Orchestre National de France.

Artiste invitée très demandée dans les grands festivals, Sol Gabetta a été Artiste étoile au Festival de Lucerne où elle s’est produite avec le Wiener Philharmoniker et Franz Welser-Möst, le Mahler Chamber Orchestra et François-Xavier Roth et le London Philharmonic Orchestra dirigé par Marin Alsop. Elle continue à s’inspirer d’un large cercle de collaborateurs et de rencontres musicales au Festival de Solsberg, qui s’épanouit sous sa direction artistique engagée.

La musique de chambre est au cœur du travail de Sol Gabetta, comme en témoignent ses prochains récitals avec Alexei Volodin à Paris et en Suisse, sa prochaine tournée avec son partenaire de récital de longue date Bertrand Chamayou en Italie, en Allemagne, en France et en Espagne, et ses récentes apparitions avec Kristian Bezuidenhout lors du festival d’ouverture du Schleswig Holstein Musikfestival et Alexander Melnikov au Festival de Gstaad. Dans le passé, ses prestations de musique de chambre l’ont conduite dans des lieux tels que le Lincoln Center de New York, le Wigmore Hall de Londres, les festivals de Lucerne, Verbier, Salzbourg, Schwetzingen et Rheingau, la Schubertiade Schwarzenberg ou le Beethovenfest Bonn.

 

En reconnaissance de ses réalisations artistiques exceptionnelles, Sol Gabetta a été honorée du prix Herbert von Karajan au Festival de Pâques de Salzbourg en 2018, où elle s’est produite en soliste avec la Staatskapelle de Dresde et Christian Thielemann. En 2019, elle a reçu le premier prix OPUS Klassik en tant qu’instrumentiste de l’année pour son interprétation du Concerto pour violoncelle de Schumann. Le prix ECHO Klassik a salué son accomplissement tous les deux ans entre 2007 et 2013, ainsi qu’en 2016. Nominée aux Grammy Awards, elle a également reçu le Gramophone Young Artist of the Year Award en 2010 et le Würth-Preis des Jeunesses Musicales en 2012, ainsi que des mentions d’honneur au Concours Tchaïkovski de Moscou et au Concours international de musique ARD de Munich. Elle continue de construire sa vaste discographie avec SONY Classical, les sorties les plus récentes étant un enregistrement d’œuvres tardives de Schumann et un enregistrement live des concertos pour violoncelle d’Elgar et de Martinů avec le Berliner Philharmoniker et Sir Simon Rattle / Krzysztof Urbański. En 2017, Sol Gabetta s’est associé à Cecilia Bartoli pour une vaste tournée à travers l’Europe mettant en valeur leur album Dolce Duello, paru chez Decca Classics.

Sol Gabetta se produit sur plusieurs instruments de maîtres italiens du début du XVIIIe siècle, dont un violoncelle de Matteo Goffriller (Venise-1730), qui lui a été fourni par l’Atelier Cels Paris, et depuis 2020, le célèbre Bonamy Dobree-Suggia d’Antonio Stradivarius de 1717, généreusement prêté par la Fondation Stradivari Habisreutinger. Depuis 2005, elle enseigne à l’Académie de musique de Bâle.