Festival Académie Ravel 2020

Prise de fonction

Madame, Monsieur, chers adhérents, chers partenaires,

A l’issue de ma première semaine à Saint-Jean-de-Luz, où je suis arrivé accompagné de Jean-François Heisser pour effectuer un « tour d’horizon » et me présenter aux uns et aux autres, je tiens à exprimer ici mon enthousiasme pour le « Festival & Académie Ravel », le territoire dans lequel il s’inscrit, les gens qui l’animent et qui le soutiennent. Je tiens à souligner également le magnifique accueil que m’a réservé la mairie de Saint Jean de Luz, siège de notre association.

Je mesure à quel point cette nouvelle « appellation » de Festival-Académie est inhabituelle pour celles et ceux qui n’ont connu que deux projets bien distincts. Toutefois, les échanges que j’ai eus pendant ces premiers jours n’ont fait que confirmer à quel point cette fusion, tant souhaitée et soutenue par la Région Nouvelle Aquitaine, reflète une détermination commune et générale de fédérer les ressources, les moyens, les énergies afin de créer un nouveau format, une nouvelle plateforme, qui portera haut et fier le nom de Maurice Ravel. Une des forces du nouveau format est le tandem, unique en son genre et qui met le principe de transmission au cœur du projet, entre Jean-François Heisser et Bertrand Chamayou. Je me sens immensément privilégié de rejoindre ces deux grands pianistes et mettrai tout en œuvre pour réaliser la vision artistique qu’ils portent.

Il existe, dans le monde, des festivals qui intègrent une activité d’académie, ainsi que des académies qui présentent le fruit de leur action sous forme de festival. Il nous revient ici d’inventer un nouveau modèle où ces deux pendants, ces deux principes de fonctionnement, s’enrichissent l’un l’autre pour arriver à un résultat qui sera plus que la somme des parts. Il nous revient aussi d’irriguer la région le plus largement possible et de déclencher la force transformatrice de la culture dans les endroits les plus reculés et auprès des publics dits « éloignés » ; ce n’est qu’en nous alimentant de cette action et de ses effets que le « Festival & Académie » pourra véritablement rayonner, au-delà même de nos frontières.

L’œuvre de Ravel n’a nullement besoin qu’on la fasse connaître à travers le monde, sa place est acquise. St-Jean-de-Luz, Ciboure, le Pays Basque, la Région Nouvelle Aquitaine exercent une force d’attraction sur les gens, et sur l’imaginaire, avec laquelle on ne peut rivaliser. C’est en conjuguant le plus étroitement possible les deux que nous deviendrons force de proposition culturelle reconnue dans le monde entier. Dans cette nouvelle forme de Festival-Académie, et sous le regard bienveillant du maître, cette place continuera à former de nouvelles générations de grands musiciens, et brillera internationalement par ce que Ravel représente : la modernité, l’audace, l’ouverture à d’autres musiques et cultures, l’exigence, l’élégance française ; cette précieuse singularité a d’ailleurs, d’ores et déjà, suscité l’adhésion de mécènes sans lesquels notre espoir ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

J’ai, lors de ces premiers échanges avec les élus, les partenaires, les équipes, abordé la question des équipements ; celle-ci s’est trouvée projetée prématurément en avant dans une interview consacrée à ma prise de fonction. Je tiens à exprimer l’admiration et le respect que suscitent les magnifiques églises que j’ai visitées pendant ces quelques jours. Je mesure la chance et le privilège que nous avons de pouvoir présenter nos plus importants concerts dans ces lieux exceptionnels de patrimoine et de prière. Si l’essayiste Walter Pater disait que tous les arts cherchent à devenir de la musique, c’est bien parce qu’elle est la plus à même d’élever l’homme ; je dirai pour ma part que la musique est le plus grand don qui nous ait été fait. Il est juste qu’elle résonne dans ces lieux de culte qui ont toujours été aussi des lieux de culture.

Au cours de cette semaine et au fil des rencontres, j’ai découvert les projets que portent les municipalités de St-Jean-de-Luz et de Ciboure en termes d’infrastructure, notamment celui de pôle culturel ainsi que celui de rénovation de la chapelle des Récollets. Il est évident que ces deux initiatives répondent à de réels besoins et que ces deux équipements, complémentaires, permettront de réaliser un magnifique potentiel. Le fait qu’on puisse rêver, à terme, d’une jauge adaptée aux grandes formes symphoniques ne réduit en rien leur pertinence et le rôle clef que ces lieux joueront dans le développement durable des municipalités et de la région. Chaque chose en son temps.

Les possibilités sont immenses et le chantier impressionnant. Dans l’immédiat, ma priorité sera d’aller à la rencontre de tous nos partenaires actuels et potentiels, de structurer les équipes du Festival-Académie, de sécuriser les financements et tous les accords nécessaires au déroulement de notre activité sur l’année 2021 (diffusion, production, médiation) avec, pour point de mire essentiel, la prochaine édition du Festival & Académie, qui se tiendra du 20 août au 10 septembre.

Nous traversons tous une période des plus pénibles. Puisse le « Festival-Académie Ravel » scintiller, comme l’emblématique phare de Ciboure, dans la nuit et la tempête des jours que nous vivons.

En collaboration étroite avec le Conseil d’administration, Bertrand Chamayou et Jean-François Heisser, je me mets donc, avec nos équipes et notre formidable groupe de bénévoles, au travail. Je me réjouis du temps à venir et j’ai hâte que nous nous retrouvions tous ensemble pour voir éclore ce nouveau projet.

Bien à vous,

Marc de Mauny